Pas d’acquisition de Bouygues Telecom par Orange, plutôt un mariage

Les rumeurs sur un éventuel rachat de Bouygues Telecom par Orange sont désormais plus précises. Il ne s’agirait en fait pas d’une acquisition, mais d’un mariage.

Cela fait maintenant quelques jours que les rumeurs évoquent des discussions entre Bouygues Telecom et Orange au sujet d’une possible acquisition. Malgré le démenti de Bouygues, des négociations seraient bien en cours. Mais, aux dernières nouvelles, il ne s’agirait pas d’un rachat, mais d’un mariage.

Il est encore trop tôt pour dire que les deux mariés vont se dire « oui », d’autant plus que cette union signifierait le retour à trois opérateurs, une idée qui ne serait pas dans la stratégie actuelle du gouvernement. Par ailleurs, pour que ce mariage ait une chance d’aboutir, il faudrait aussi que Free soit partie prenante.

Justement, le Journal du Dimanche affirme que le quatrième opérateur pourrait être la demoiselle d’honneur. Ce n’est pas une surprise vu que ce mariage donnerait naissance à un opérateur qui serait en position hyperdominante, une position que l’ARCEP a bien peu de chance d’accepter. La participation de Free à ce mariage est donc indispensable pour que cette opération ait une chance d’aboutir. Selon des sources citées par le JDD, « la dynamique est bonne, ça avance ».

Il est bien évidemment encore trop tôt pour avoir une idée précise au sujet de ce mariage, de ce que Free va récupérer, de son impact sur les abonnés, de sa répercussion sur les tarifs à court et moyen terme. À cela, il faut encore ajouter qu’il faudra aussi que les autorités donnent leur accord à ce retour à trois opérateurs, ce qui n’est pas évident. En clair, bien que les discussions se poursuivent, rien n’indique pour le moment que ces négociations iront à leur terme. Il faut encore attendre un peu avant d’en savoir plus.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYahoo! Mail vient marcher sur les platebandes de Gmail
Article suivant10 jours d’autonomie pour le smartphone Oukitel K10000

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here