D’après Sundar Pichai de Google, Apple, à force de vendre toujours cher, confirme son irresponsabilité

D’après Sundar Pichai de Google, Apple, à force de vendre toujours cher, confirme son irresponsabilité

Rétorquant aux critiques de son premier adversaire sur le marché du mobile, le responsable des applications de Google, de chrome et d’Android et en même temps vice-président, a justifié la politique commerciale de sa société.

Quelles sont les trois mesures primordiales sur lesquelles Google devra appliquer des rectifications bientôt ? Quel futur pour Google+? Quel est l’état actuel d’Android et doit-on patienter pour des révélations concernant le Mobile World Congress ? Quelle voie empruntera Google pour revenir en Chine ? Ces questions sont les extraits du questionnaire du magazine Forbes au responsable des produits Google, Pichai. Dans ses éclaircissements, il s’agit également d’Android for work, une nouvelle formule prévue pour les sociétés qui voudraient perfectionner la gestion et la sécurité du téléphone mobile. Au programme, on remarque un portrait type spécialiste qui s’additionnera parallèlement à celui du mobile d’un salarié (sécurisant isolément les informations et applications personnelles exclusives de la société). Google Play for Work est destiné à la gestion éloignée des mouvements dudit employé et des instruments de production.

Cependant, au bout de l’interview, le dialogue est prolongé vers le thème de la concurrence et précisément vers les affirmations de Tim Cook, PDG d’Apple.

Sunder Pichai risposte face aux allégations de Tim Cook

« Il est un peu considéré immature d’affirmer que tout devrait être vendu à beaucoup de centaines de dollars (notamment certains produits Apple) ».

Tandis qu’Apple subissait les conséquences du CeleGate en septembre passé, Cook donne des détails sur l’exploitation des informations personnelles des consommateurs faite par et au bénéfice de quelques sociétés.

« Quelques années auparavant, les consommateurs de services internet commençaient à saisir que quand un produit en ligne est gratuit, on est plus client. On est le service », affirmait-il. « Nous pensons qu’une vraie expérimentation de client ne doit pas être contre leur vie privée. »

Naturellement, si Tim Cook ne fait pas allusion aux noms de Facebook (justement Mark Zuckerberg a également apporté des éléments de réponse à ses dires) et de Google, n’importe qui, même profane de l’actualité de la toile, a immanquablement su qui constituaient ses cibles.

« Les consommateurs emploient nos produits par option », précise Pichai. « Les services sont très aimés par tout le monde. Nous possédons beaucoup de services qui sont utilisés par un milliard de consommateurs, voire plus. Ces dits produits leur offrent une grande importance. Et nous octroyons plein de ses produits sans contrepartie financière. »

« Il est quand même insensé d’affirmer que tous les services devront valoir beaucoup de centaines de dollars (tels plusieurs services Apple). Nous trouvons une alternative d’offre de services diversifiés aux consommateurs de manière consciente. J’ai l’intime conviction que c’est louable. La majorité des consommateurs vous diront que cette manière de fonctionner leur met à l’aise », résume-t-il.

Une affirmation qui plaira aux proAndroid, tout en entraînant la râlée des défenseurs d’iOS.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInternet : pour 25 millions de dollars, Google se procure l’extension .app
Article suivantTrois hommes équipés de mains bioniques valides

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here