Darty dote son SAV d'un bouton connecté

Qu’il soit physique sur un appareil électroménager ou virtuel sur un smartphone, Darty compte proposer un bouton connecté pour contacter son service après-vente.

Alors que la grande tendance actuelle est de tout connecter, le géant français de la distribution d’électroménager et d’électronique grand public Darty compte en faire de même avec son service après-vente. Pour ce faire, un bouton connecté sera proposé pour 2 €/mois.

Alors que ce bouton est déjà disponible en précommande pour une disponibilité réelle au 15 octobre, ce bouton connecté pourra avoir de nombreuses formes. Il pourrait par exemple être un petit bouton physique sous la forme d’un carré magnétique à apposer sur un appareil électroménager, ou un bouton virtuel à télécharger et installer sur son smartphone.

Dans tous les cas, l’idée de ce bouton est toujours la même, c’est-à-dire de pouvoir contacter le SAV de Darty 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 lorsqu’un produit est en panne, mais proposera également des fonctionnalités connexes comme le suivi de commande. Concrètement, l’utilisation du bouton engendrera un rappel d’un conseiller dans la minute qui suit.

Il est à souligner qu’un tel service aura un coût, 2 €/mois pour l’abonnement, mais également 25 € pour le bouton physique alors que l’application sera gratuitement proposée au téléchargement.

Une chose est certaine, alors que l’on parle d’objets connectés, le fait que Darty lance un service connecté, cela pourrait donner d’autres idées à d’autres sociétés.

Régis Schultz, patron de Darty, présente le bouton connecté, dernière innovation de l’enseigne
Régis Schultz, patron de Darty, présente le bouton connecté, dernière innovation de l’enseigne

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentJunglecat, première manette de jeu Razer pour iPhone
Article suivantÀ quand la sortie d'un iMac Retina ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here