Dashcams : une caméra embarquée gratuite contre vos images

Une dashcam peut être utile. Malheureusement, ce genre de caméra embarquée est cher. Une solution gratuite pourrait bientôt exister, une caméra en échange des images.

Les dashcams sont des caméras embarquées dans les véhicules qui ont principalement pour vocation de disculper le conducteur en cas d’accident. Elles servent aussi à déjouer les fraudes à l’assurance lorsque des piétons se jettent volontairement devant un véhicule. L’utilisation de ces caméras devient de plus en plus populaire dans le monde.

Malheureusement, pour que les dashcams soient réellement populaires, il faudrait qu’elles soient un peu moins chères. Pour le moment, elles coûtent plus de 100 euros. En plus, ces caméras sont plutôt encombrantes, donc pas très pratiques.

Andy Rubin, le père d’Android a eu une idée, celle de proposer des dashcams gratuitement. En fait, elles ne seraient pas véritablement gratuites, mais échangées contre les images qu’elles filment. Bien qu’elles servent à disculper les conducteurs, elles filment aussi de jolis itinéraires et des scènes insolites, du contenu vidéo qui pourrait parfaitement avoir une certaine valeur commerciale.

Avec sa société Playground Global, Andy Rubin développe une dashcam. Mais comme son entreprise est spécialisée dans l’intelligence artificielle, elle travaille aussi sur l’exploitation des images. Cela pourrait par exemple servir à cartographier le monde entier, mais certainement aussi de faire d’autres choses avec toutes ces images en provenance des quatre coins du monde.

En y réfléchissant, à la différence de Google Maps qui utilise ses véhicules pour actualiser régulièrement Street View, on pourrait par exemple imaginer un service équivalent qui se mettrait à jour pratiquement en temps réel. Ce n’est qu’une hypothèse. Il est certain qu’Andy Rubin possède déjà une idée derrière la tête et qu’il nous en fera part le moment venu.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTGV : les clients Orange ont droit à la 4G sur la ligne Paris-Lyon
Article suivantMicrosoft : un Patch Tuesday de février plutôt chargé

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here