Pas de mission ExoMars 2018, mais une mission ExoMars 2020 à la place

C’est depuis le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) que la mission russo-européenne ExoMars 2016 a été lancée avec succès le 14 mars dernier. Cette mission conjointe permet de la Russie et de l’Europe va permettre d’acquérir une certaine expérience de Mars en vue de la prochaine mission.

C’est une fusée Proton qui a servi à lancer dans l’espace la sonde TGO (Trace Gas Orbiter), une sorte de « nez » capable de détecter des gaz à l’état de trace. En tant que passager, la sonde embarque également l’atterrisseur Schiaparelli qui devra permettre d’acquérir une certaine expérience en matière d’atterrissage sur la planète rouge. Il est prévu que le binôme arrive à destination en octobre 2016.

Une préparation pour ExoMars 2018

La mission ExoMars 2016 possède toute une partie scientifique à son programme. Mais le plus important est de préparer la future mission ExoMars 2018 qui consistera à poser un rover sur Mars, un engin qui sera capable de forer le sol jusqu’à deux mètres de profondeur et de prélever des échantillons qui seront analysés sur place. Son but sera de trouver d’éventuelles traces de vies passées, des traces de molécules organiques qui auraient pu se trouver sur la planète rouge il y a environ quatre milliards d’années, lorsque sa surface ressemblait approximativement à celle de la Terre.

Comme nous vous le rapportions déjà il y a quelques semaines, tous les voyants ne sont pas encore au vert pour la mission ExoMars 2018. Comme l’avait expliqué Jan Wörner, son budget n’est pas encore bouclé : « Nous manquons d’argent pour cette mission côté Européen ».

La mission ExoMars 2018 reportée en 2020

C’est donc en raison des retards accumulés que l’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé lundi le report de la mission en expliquant que : « compte tenu des retards pris, la mission s’appelle désormais ExoMars 2020 ». En clair, son lancement est officiellement reporté de deux ans. Dans son communiqué, l’ESA explique plus précisément que : « Après avoir examiné tous les scénarios proposés pour assurer la réussite de la mission, le Comité directeur ExoMars conjoint a conclu que, compte tenu des retards pris par les activités industrielles européennes et russes, ainsi que par les livraisons relatives à la charge utile scientifique, la meilleure solution consiste à reporter le lancement à 2020 ».

Il est aussi dit que Johann-Dietrich Woerner et Igor Komarov, les directeurs respectifs de l’ESA et de Roskosmos, « ont conjointement décidé de reporter la mission au prochain créneau de lancement vers Mars, à savoir en juillet 2020 ». Il ne reste plus qu’à espérer que ce créneau puisse être respecté.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa bulle high-tech va mal selon les ventes de tables de ping-pong
Article suivantKoji Sato explique comment Lexus s’est inspiré de la supercar LFA V10 pour le LC 500

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here