La décoiffante et décoiffée Audi R8 Spyder se dévoile en vidéo

C’est à l’occasion du Salon automobile de New York qu’Audi a officialisé la version découvrable de son Audi R8 de dernière génération : la R8 Spyder. Maintenant qu’elle est officialisée, elle se dévoile en images, mais surtout en vidéo. C’est l’occasion de découvrir une décoiffante voiture décoiffée.

À l’instar de la précédente version, cette nouvelle génération de la R8 Spyder a toujours droit à sa capote souple en guise de toit. Le système est motorisé pour l’ouverture et la fermeture. Le conducteur peut le faire à l’arrêt ou jusqu’à une vitesse de 50 km/h.

Le plus intéressant dans cette R8 Spyder est bien évidemment à chercher sous le capot : son bloc V10 5.2L de 540 ch, couplé à une boite maison S-Tronic à 7 rapports et à la transmission Quattro. Contrairement à la version Coupé qui bénéficie d’une version « Plus », celle-ci n’est pas disponible en version découvrable.

Esthétiquement, cette R8 Spyder adopte les lignes du Coupé R8. Bien évidemment que certaines adaptations ont été faites, notamment au niveau du capot arrière. À l’intérieur, on retrouve bien évidemment le Virtual Cockpit et une finition toujours aussi sportive.

Malgré un surpoids de 160 kg consécutif à la consolidation de la voiture pour qu’elle puisse enlever son toit, l’Audi R8 affiche tout de même une vitesse de pointe de 318 km/h et abat le 0 à 100 km/ en seulement 3,6 secondes. Les performances sportives sont donc clairement au rendez-vous.

Pour finir, il faut encore dire que le tarif de base de la R8 Spyder est affiché à 183 900 euros. Cette décoiffante décoiffée sera disponible en concession à l’automne, plus exactement à partir du mois de septembre prochain.

audi-r8-spyder-2016-04

audi-r8-spyder-2016-03

audi-r8-spyder-2016-02

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentVers une généralisation des répliques historiques chez Jaguar ?
Article suivantQu’est-ce que Microsoft nous réserve pour sa conférence Build 2016 ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here