Découverte du sperme fossilisé le plus ancien jamais mis au jour

Des chercheurs viennent de découvrir le sperme fossilisé le plus ancien jamais mis au jour, des spermatozoïdes vieux de 17 millions d’années !

Ce sont Renate Matzke-Karasz, de l’université de Munich, et Paul Tafforeau, paléontologue spécialisé dans l’analyse des fossiles au synchrotron européen de Grenoble, qui ont découvert la présence d’organes internes, dont les appareils reproducteurs, parfaitement conservés, dans des crustacés découverts en 1988 dans la grotte de Riversleigh, en Australie. Pour ces spécialistes, cette découverte correspond tout simplement au sperme fossilisé le plus ancien jamais mis au jour, des spermatozoïdes vieux de 17 millions d’années !

C’est grâce aux rayons X du synchrotron grenoblois que la présence de spermatozoïdes enroulés dans les appareils reproducteurs de petits crustacés vieux de 17 millions d’années a été découverte. Selon les estimations des chercheurs, certains de ces gamètes, plus longs que les crevettes millimétriques fossilisées, feraient 1,3 mm de longueur, de véritables spermatozoïdes « géants ». À titre de comparaison, cela correspondrait à ce qu’un homme produise des spermatozoïdes de deux mètres !

Si la plupart des espèces ont opté pour la production de myriades de petits gamètes, cette découverte démontre que la stratégie consistant à produire quelques grands spermatozoïdes existe depuis très longtemps, un phénomène que l’on retrouve aujourd’hui notamment chez certaines familles de mouches.

Pour ce qui est de l’état de conservation de ces fossiles, Mike Archer, professeur à l’université de Nouvelle-Galles-du-Sud et grand spécialiste de Riversleigh, estime que cette préservation est due à la présence de nombreuses chauves-souris dans cette grotte, que leurs déjections auraient enrichi l’eau en phosphore, ce qui aurait permis la fossilisation des tissus mous de ces organismes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPlay Store : ouverture partielle aux paiements par PayPal
Article suivantBouygues Telecom : un rachat par Orange ou par Free ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here