Découverte d’un « dragon » long-cou du jurassique en Chine

La découverte en Chine d’un dinosaure au cou extraordinairement long pourrait être la créature qui a donné naissance à la légende des dragons.

C’est sur un chantier de construction, en 2006, que des ouvriers ont découvert des vertèbres fossilisées dans le sol de leur chantier. Plus surprenants encore, ils ont découvert que la tête du dinosaure était encore fixée à son cou. « Il est rare de trouver la tête et le cou d’un dinosaure à long cou ensemble, car la tête est si petite qu’elle est facilement détachée après la mort de l’animal », explique Tetsuto Miyashita, doctorant à l’Université de l’Alberta.

Cette nouvelle espèce de dinosaure appartient au groupe des mamenchisaurus, des dinosaures connus pour leurs très longs cous qui peuvent mesurer parfois jusqu’à la moitié de la longueur de leur corps. Vivant à la fin du Jurassique, il y a environ 160 millions d’années, ce dinosaure chinois a été baptisé Qijianglong, soit « Dragon de Qijiang ».

Unique parmi les mamenchisaurus, le Qijianglong possédait des vertèbres cervicales remplies d’air, ce qui lui permettait d’avoir un cou relativement léger malgré sa longueur. Un surprenant verrouillage des articulations entre les vertèbres indique également une raideur de la nuque semble lui donner plus de flexibilité verticale que latérale.

« Nulle part ailleurs nous ne pouvons trouver des dinosaures avec un cou aussi long que celui de ce spécimen découvert en Chine. Cette espèce extrême a prospéré dans l’isolement du reste du monde », explique Tetsuto Miyashita. « C’est toujours un mystère, pourquoi les mamenchisaurus n’ont pas migré vers d’autres continents » ?

Le squelette de Qijianglong est dorénavant logé dans un musée de Qijiang. « La Chine abrite les anciens mythes des dragons. Je me demande si les anciens Chinois n’avaient pas trébuché sur un squelette d’un dinosaure à long cou… », s’interroge Tetsuto Miyashita.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUtiliser un iPad pour calmer les enfants pourrait nuire à leur développement
Article suivantPremière utilisation d’un robot chirurgical en Angleterre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here