DeepFace : Facebook optimise sa reconnaissance faciale

Alors qu’un être humain est capable d’identifier une personne avec un taux de réussite de 97,53%, le système DeepFace de Facebook parvient quasiment au même résultat avec 97.25% de reconnaissance.

Facebook travaille toujours d’arrache-pied sur l’optimisation de ses algorithmes de reconnaissance faciale. À l’occasion de la Conference on Computer Vision and Pattern Recognition, des chercheurs travaillant pour le réseau social ont présenté leurs travaux en matière en la matière. Alors qu’un être humain est capable d’identifier une personne avec un taux de réussite de 97,53%, le système DeepFace obtient quasiment le même résultat avec 97.25% de reconnaissance.

Pour obtenir un tel taux de réussite avec DeepFace, les chercheurs expliquent avoir eu recourt à « des réseaux de neurones simulés ». Selon Facebook, ses neuf réseaux de neurones comportent quelque 120 millions de connexions entre eux !

Les chercheurs expliquent également que DeepFace fonctionne en deux temps. Tout d’abord il corrige l’angle d’un visage pour le mettre en conformité avec un modèle 3D avant d’en extraire une sorte de « description numérique » qui sera utilisée pour être comparée à d’autres visages de référence.

Le travail déjà réalisé est impressionnant, surtout les résultats obtenus. Reste à savoir quand est-ce que Facebook transposera cette technologie dans son réseau social.

Facebook travaille sur l'optimisation de la reconnaissance faciale
Facebook travaille sur l’optimisation de la reconnaissance faciale

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFreebox Player : une mise à jour pour améliorer la compatibilité
Article suivantRecherches internet : place à la mobilité !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here