Deezer : investir pour se défendre… notamment d’Apple Music

Le marché du streaming musical était déjà très concurrentiel. Il l’est devenu encore plus depuis qu’Apple Music a été lancé. Pour résister à la concurrence, Deezer plancherait sur plusieurs scénarios, dont celui de l’investissement.

Face à Spotify et autres acteurs du streaming musical, Deezer avait déjà passablement à lutter pour rester dans le coup. A cela, il faut ajouter le lancement d’Apple Music depuis le 30 juin dernier.

Alors que la marque à la pomme a réussi à séduire plus de 11 millions d’utilisateurs en quelques semaines, la menace est suffisamment importante pour que Deezer se mette à étudier des parades.

Selon l’agence Bloomberg, une des stratégies envisagées serait l’investissement. Pour cela, le leader français de l’écoute de musique en ligne serait en train de travailler sur une nouvelle levée de fonds auprès d’investisseurs privés, une recherche de capitaux qui pourrait permettre à Deezer d’être valoriserait à hauteur de 1,1 milliard de dollars.

L’idée de ce scénario serait d’investir pour ne pas subir la loi d’Apple Music.

Bloomberg indique qu’une autre piste étudiée serait l’entrée en Bourse. Mais en raison de la férocité de la concurrence, de sa position de challenger, de l’absence d’un modèle économique et d’aucun bénéfice, cette seconde option serait nettement plus risquée.

Pour l’heure, la plateforme Deezer ne fait aucun commentaire.

Même combat chez Spotify et Pandora

Alors que Deezer a l’idée maintenant de lever des fonds, Spotify a pour sa part anticipé l’arrivée d’Apple Music en levant des fonds au mois de juin déjà, soit pas moins de 526 millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs.

Comme l’a expliqué la plateforme, ces fonds vont servir à « accélérer l’innovation dans des domaines tels que la distribution de médias, la compréhension des consommateurs, l’analyse des données et la publicité ».

Autre acteur du marché du streaming musical, Pandora a lui aussi levé des fonds dans le but d’améliorer l’expérience utilisateur et retenir ses abonnés.

La cible de Deezer : l’international

Pour pouvoir résister à Apple Music, mais aussi à Spotify, Pandora et les autres, Deezer doit surtout conquérir de nouveaux abonnés. Avec seulement 6 millions d’abonnés dans le monde sur ses 16 millions d’utilisateurs actifs, doit prioritairement s’étendre à l’international.

Une précédente levée de fond avait permis à Deezer de se positionner sur 182 marchés, notamment aux États-Unis, avec un catalogue de plus de 35 millions de titres musicaux.

Pour percer face aux poids lourds du marché, l’entreprise française pourrait réitérer le même partenariat que celui fait avec Orange, c’est-à-dire conclure des accords avec des opérateurs télécoms dans le but de pouvoir séduire une partie de leurs abonnés internet et mobile.

Mais vu que la tendance est que les revenus du streaming musical supplantent ceux des CD, tout le monde veut profiter de sa part du gâteau, ce qui explique que les acteurs historiques veulent conserver leur place, mais aussi que des nouveaux venus tentent de s’accaparer une part du gâteau.

À ce rythme, il faudra bien l’admettre, il n’y aura bientôt plus de place pour tout le monde.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPropriétaire d’iPhone : 1$ pour tester un smartphone Galaxy pendant 30 jours
Article suivantLes messages Twitter publiés dans les résultats de recherche de Google, aussi sur desktops

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here