Le défi 2016 de Mark Zuckerberg sera axé sur l’intelligence artificielle

Que cela soit lire deux livres par mois, apprendre le mandarin ou faire la connaissance d’une nouvelle personne chaque jour, ce sont des défis que s’est lancés Mark Zuckerberg. Le patron de Facebook s’est lancé un nouveau défi pour 2016, axé sur l’intelligence artificielle.

Mark Zuckerberg prend des résolutions chaque nouvelle année, des résolutions qu’il s’évertue à tenir. C’est ainsi qu’il lit deux livres par mois, a appris le mandarin ou fait la connaissance d’une nouvelle personne chaque jour. La nouvelle année n’échappe pas à la règle. Pour 2016, le patron de Facebook s’est fixé un nouvel objectif.

Pour cette année, le fondateur du réseau social a décidé que son but serait axé sur l’intelligence artificielle. Il explique vouloir « construire une intelligence artificielle pour gérer ma maison et m’aider au travail ». Dans son explication, il prend pour exemple le Jarvis d’Iron Man.

Plus en détail, il écrit : « D’abord, j’explorerai la technologie déjà disponible. Ensuite, je la familiariserai avec ma voix pour tout contrôler à la maison : la musique, les lumières, la température, etc. Je lui apprendrai à laisser entrer mes amis par reconnaissance faciale lorsqu’ils sonneront à ma porte. […] Côté travail, cela permettra des visualisations en réalité virtuelle qui m’aideront à construire de meilleurs services et à diriger mes organisations avec davantage d’efficacité. »

La question que l’on peut bien évidemment se poser est de savoir si cet objectif est purement personnel ou s’il va en quelque sorte orienter la stratégie de Facebook. Si c’était le cas, cela signifierait que le réseau social pourrait se lancer dans l’intelligence artificielle domestique, c’est-à-dire la domotique.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa capacité de la batterie des nouveaux iPhone serait une priorité d’Apple
Article suivantPlus d’espace de stockage sur votre Xbox One ou PS4, c’est possible !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here