Dématérialisation de nos actions : prochaine arrivée de l'e-constat

Pourquoi ne pas profiter de nos appareils mobiles pour réaliser une dématérialisation de certaines de nos actions ? C’est ce que comptent faire les assureurs en proposant prochainement un e-constat pour les accidents de la route.

L’habituel formulaire bleu servant à établir un constat à l’amiable lors d’un accident de la route pourrait prochainement être remplacé par une application pour smartphone, c’est ce que vient d’annoncer le Groupement des entreprises mutuelles d’assurances et la Fédération française des sociétés d’assurances.

Disponible gratuitement pour iOS et Android, cette application devrait être disponible courant 2015, une application qui vise à dématérialiser nos actions quotidiennes afin de le rendre plus simples et plus efficaces.

S’il est certain que le changement des habitudes des automobilistes sera un travail de longue haleine, le fait que de plus en plus de personnes sont équipées de smartphone va grandement simplifier la chose sur le long terme.

Il est par ailleurs certain que l’arrivée de cet e-constat sera progressive vu que, dans un premier temps, il ne va concerner que les accidents matériels, et pour autant que les deux véhicules soient immatriculés en France.

Pour Gérard Andreck, le président du Gema et de la Macif, cette application sera aussi une réponse aux critiques des assurés qui reprochent la lenteur des assureurs dans le traitement des dossiers d’accident.

Alors que le secteur des assurances est un grand consommateur de papier, le passage à la dématérialisation pourrait par la même occasion une source d’économie, mais aussi bénéfique sur l’environnement.

Automobile : le constat amiable électronique bientôt en France
Automobile : le constat amiable électronique bientôt en France

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPanne de réseau : Free succède à SFR
Article suivantQoqa.fr : arriverez-vous à acheter une paire de Google Glass ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here