Des Français conçoivent une maison martienne imprimée en 3D

C’est pour un concours organisé par la NASA qu’une équipe de scientifiques français a imaginé une maison martienne imprimée en 3D.

Est-ce que la première habitation qui sera construite sur Mars sera « Made in France » ? C’est possible. C’est en tout cas l’idée d’une équipe de scientifiques français.

C’est pour répondre à un concours organisé par l’agence spatiale américaine, la NASA, que des scientifiques, des architectes, des designers et des ingénieurs se sont associés pour concevoir une maison bleue de 80 m2, une habitation qui pourrait être adossée à une colline par exemple.

Cette maison aurait la particularité d’être fabriquée sur place en utilisant le principe de l’impression 3D, mais aussi de ne nécessiter aucun matériau transporté depuis la Terre.

« L’avantage de l’impression 3D, c’est qu’on peut tout faire sur place avec ce que l’on y trouve, en l’occurrence le fer et l’eau sous forme de glace », explique Pierre Brisson, membre de la Mars Society.

« On peut tout construire en 3D, jusqu’aux charnières des placards », surenchérit Arnault Coulet, le patron de Fabulous, l’entreprise d’impression 3D qui pilote le projet.

Pour bâtir cette maison martienne, il faudrait compter trois à quatre mois d’autoconstruction. Cette fabrication se ferait par l’entremise d’un mât central équipé de deux bras. « Il y a un bras pour la foreuse qui trie la matière et l’autre qui fusionne pour constituer la coque », précise Arnault Coulet.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRise of the Tomb Raider : pas de mode multijoueur au programme
Article suivantBugzilla : un piratage de Mozilla qui pourrait cibler les utilisateurs de Firefox

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here