Des Google Glass 2 équipées d’une puce Intel ?

Alors que le statut des Google Glass fait actuellement débat, le Wall Street Journal le Wall Street Journal annonce une seconde génération de lunettes connectées équipées d’une puce Intel.

Cela fait maintenant deux ans et demi que les Google Glass ont été présentées pour la première fois, en avril 2012. Depuis tout ce temps, la commercialisation grand public de ces lunettes connectées se fait toujours attendre. Pire encore, ce projet était donné pour mort au point qu’une pléthore de projets aurait été abandonnée. Selon le Wall Street Journal, Google aurait toujours confiance dans son produit.

En lieu et place d’une puce ARM OMAP 4430 de Texas Instruments, une seconde génération de Google Glass pourrait embarquer l’année prochaine un processeur d’Intel.

Cette annonce n’est en fait qu’une demi-surpris, vu que Google a toujours affirmé vouloir sortir son produit lorsqu’il serait prêt. Le fait qu’Intel soit choisi n’est pas non plus une surprise tant le fondeur de Santa Clara s’investit à fond sur le marché des wearable-devices.

Cette collaboration n’est pas une surprise vu que Google et Intel collaborent déjà avec des serveurs de Google qui tournent déjà majoritairement sur des processeurs Intel, mais aussi par le fait que des processeurs Xeon soient utilisés dans les voitures autonomes de la firme de Mountain View, alors que le player Nexus embarque un SoC Atom…

En réfléchissant un peu plus à cette annonce, on peut signaler qu’Intel est déjà implanté sur un grand nombre de marchés professionnels. Cela pourrait donc signifier que l’idée de Google serait donc désormais de cibler plutôt le marché des entreprises, typiquement l’industrie et le milieu hospitalier.

Hormis ce changement de « cerveau », qu’est-ce que cette seconde génération de Google Glass va apporter ? Pour pouvoir répondre à cette question, il faut tout d’abord que cette information se confirme avant que des rumeurs ou des fuites puissent nous en dire un peu plus.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTélécom : Free Mobile répercute les hausses de la Tunisie
Article suivantiOS : grand retour du lecteur multimédia VLC

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here