Des ornithologues redécouvrent un oiseau disparu depuis 73 ans

La Timalie de Jerdon, un petit oiseau brun de la taille d’un moineau, a été redécouvert en Birmanie 73 ans après qu’on pensait qu’il ait disparu.

C’est depuis 1941 que la Timalie de Jerdon, un petit oiseau brun de la taille d’un moineau, a disparu de la Birmanie. Dans la revue ornithologique Birding Asia, un article explique comment une équipe de scientifique a redécouvert plusieurs de ces oiseaux en mai 2014.

Composée de membres de la Wildlife Conservation Society, de la division birmane de conservation de la nature et de la faune et de l’Université nationale de Singapour, cette équipe est parvenue plusieurs de ces oiseaux nichant dans une petite zone de prairie de la région de Bago, dans le centre de la Birmanie, une des rares prairies naturelles épargnées des intenses activités agricoles qui s’étendent le long du fleuve Irrawaddy.

Ils ont tout d’abord cru reconnaître le chant de la Timalie de Jerdon, sans pour autant voir l’oiseau. C’est en diffusant un enregistrement du chant d’une Timalie de Jerdon du sous-continent indien qu’ils ont réussi à faire sortir l’oiseau de sa cachette. « C’était incroyable, nous avons diffusé l’enregistrement et l’un des oiseaux est sorti des roseaux », témoigne Frank Rheindt, un des ornithologues à l’origine de cette redécouverte.

Les scientifiques ont pu trouver d’autres Timalies à proximité et obtenir des échantillons de sang ainsi que des photographies. Leur tâche va être maintenant de déterminer si la Timalie de Jerdon redécouverte en Birmanie est une espèce distincte ou pas des autres populations qui vivent au Népal, en Inde et au Pakistan.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLes tours du monde qui ont fait l’histoire de l’aviation
Article suivantL’Etat de Floride bannit l’usage du terme « réchauffement climatique »

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here