Des sociétés manipulent le classement de l’App Store contre de l’argent

L’impartialité du classement de l’App Store est remise en cause par la publication d’une photographie qui prouve que des entreprises manipulent ce classement contre de l’argent.

Moyennant finance, manipuler le classement de l’App Store est parfaitement possible. Des sociétés chinoises proposent ce genre de service bien évidemment contre de l’argent, ce qui est totalement frauduleux.

Une image a été très récemment publiée sur le réseau social Weibo. Le cliché montre comment les entreprises qui proposent cette pratique sont organisées. En l’occurrence, il s’agit d’une jeune femme assise devant trois rangées d’iPhone 5C. Selon les ordres de son responsable, elle télécharge des applications sur chacun des appareils pour leur attribuer la note maximale dans le simple but que les applications en question grimpent très rapidement dans le classement de l’App Store.

Comme le poste de travail que l’on devine en face de cette jeune femme, elle n’est pas la seule à agir de la sorte. Elle et d’autres collègues ont bien évidemment pour tâche d’aller au plus vite.

Bien qu’il faille compter quelques dizaines de milliers de dollars pour se hisser dans le classement de la boutique virtuelle d’Apple, une telle pratique peut malheureusement s’avérer rentable pour certains éditeurs en raison des retombées financières qu’un bon classement peut rendre comme retour sur investissement.

Bien que l’on sache qu’Apple lutte activement contre ce genre de fraude lié au classement des applications, on n’imagine pas quelle stratégie pourrait utiliser la marque à la pomme pour mettre les bâtons dans les roues de telles pratiques, hormis la traque des adresses IP, une pratique qui serait bien fastidieuse.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentParis For Love : une appli pour découvrir les lieux romantiques de Paris
Article suivantRapidShare s’arrête

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here