Des taxis autonomes pourront embarquer des passagers dès 2016

Pionner en matière de robot, le Japon fait aussi office de pionnier en matière de voiture autonome vu que le pays autorise la mise en service de taxis autonomes à partir de mars 2016.

En matière de robotique, le Japon est un pays précurseur en la matière. Il va en être de même avec les voitures autonomes, qui sont d’ailleurs quelque part des robots autonomes roulant sur routes.

À compter de mars 2016, des taxis autonomes ont en effet été autorisés à embarquer des passagers à Fujisawa, près de Tokyo. Il ne s’agira que d’une phase de test dans un premier temps, une expérimentation qui pourrait parfaitement être étendue alors que le nombre d’accidents impliquant des taxis a augmenté de 20% en 10 ans.

Pour cette phase de test, les taxis autonomes seront des véhicules conçus par le roboticien japonais ZMP, sur la base d’une Toyota Estima, en collaboration avec l’opérateur de services internet DeNA.

À l’instar des tests réalisés notamment aux États-Unis, un conducteur humain sera présent pour reprendre le contrôle en cas de problème.

Il est prévu que les trajets proposés soient d’environ 3 km, c’est-à-dire entre le lieu de résidence et différents lieux de la capitale nippone.

Pur autant que l’expérimentation s’avère concluante, il sera par la suite possible que des voitures autonomes soient disponibles en 2020, à l’occasion des Jeux Olympiques de Tokyo.

Un autre débouché pour ces taxis autonomes serait leur déploiement dans les zones rurales où il n’est pas rentable de développer des transports en commun.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInternet.org : Facebook s’associe à Eutelsat pour connecter l’Afrique à internet
Article suivantInstagram s’explique sur la censure du mouvement Free the Nipple

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here