Développer son intelligence : utiliser des jeux vidéo ciblés

Selon une étude est parue dans la revue Frontiers in Systems Neuroscience, une nouvelle génération de jeux vidéo mis au point par des chercheurs américains permet de développer son intelligence.

Améliorer ses facultés cognitives, de raisonnement, d’innovation, et par extension ses capacités mémorielles, organisationnelles ou de résolution de problèmes est possible via des jeux vidéo, c’est ce qui ressort d’une étude parue dans la revue Frontiers in Systems Neuroscience. Selon les scientifiques de l’université du Texas, à Dallas, qui sont à l’origine de ce projet baptisé « Gist Reasoning Training », il suffit d’une douzaine de séances de 45 à 60 minutes, menées durant deux mois, pour enregistrer des améliorations notoires.

Au-delà des simples tests de mémoire et de gestion de l’information, ces nouveaux entrainements cérébraux ciblent certaines zones du cerveau, comme celles qui renferment l’attention stratégique, le raisonnement intégré et l’innovation. C’est de cette manière qu’il est tout d’abord demandé aux participants de se concentrer que sur l’essentiel, de faire abstraction diverses informations inutiles.

Ce que cette étude a surtout permis de mettre en évidence, c’est la comparaison des entrainements de la mémoire et du raisonnement ont fait ressortir le fait que c’est la gestion de l’information qui stimulait le plus les réseaux cérébraux et non pas le seul apprentissage de nouvelles informations. C’est donc le fait de réutiliser, différemment, cette information qui stimule les performances cérébrales.

Grâce à cette nouvelle approche, il sera désormais possible de renforcer les capacités des personnes en bonne santé, mais aussi de stimuler le fonctionnement cérébral des personnes âgées ou souffrant de maladies telles que l’Alzheimer.

Des chercheurs ont développé un nouveau type d'exercices pour l'entraînement cérébral.
Des chercheurs ont développé un nouveau type d’exercices pour l’entraînement cérébral.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRéseaux sociaux : les shelfies sont déjà en train de concurrencer les selfies
Article suivantSexualité sur internet, des pratiques qui ne séduisent pas trop les Européens

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here