Dicter une action à un cerveau humain par la pensée est possible

Contrôler un cerveau humain par la pensée n’est pas de la science-fiction, des chercheurs ont réussi à démontrer que c’est possible.

Contrôler un cerveau humain, à distance et uniquement par la pensée, n’est pas de la science-fiction. Des chercheurs de l’université de Washington viennent en effet de publier un article dans ce sens sur le site scientifique Plos One.

Pour faire la démonstration de leur découverte, un premier chercheur est placé dans une salle sans aucun moyen de communication. Il est équipé d’un bonnet couvert d’électrodes enregistrant son électroencéphalogramme alors qu’il est placé face à un jeu vidéo dans lequel il faut détruire un missile avec un tir de canon en pressant la barre espace. Lorsque la cible apparaît, il doit se concentrer et imaginer le geste qu’il ferait avec sa main.

Installé dans une autre salle, un second chercheur est équipé d’une bobine de stimulation magnétique transcrânienne, placée près de la partie du cerveau qui contrôle les mouvements de sa main.

Entre les deux, un ordinateur relié aux électrodes de l’émetteur détecte les ondes émises par son cerveau afin d’exécuter l’action. Ces informations sont alors envoyées, via le web, au récepteur qui se retrouve à presser la barre espace au rythme des pulsions neurales de l’émetteur.

Pour Rajesh Rao, l’émetteur, « C’était à la fois excitant et inquiétant de voir une action que j’avais imaginée traduite en un geste bien réel, mais par un autre cerveau que le mien », alors qu’Andrea Stocco, le récepteur, décrit le mouvement involontaire de sa main comme un « tic nerveux ».

Comme l’explique Rajesh Rao, il ne s’agit que d’un premier pas, « La prochaine étape sera d’avoir une véritable conversation entre les deux encéphales que la communication ne soit plus unidirectionnelle, mais bidirectionnelle ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSamsung Galaxy Note 4 : du bien et du perfectible
Article suivantAlexandre Grothendieck : un génie des mathématiques s’est éteint à l’âge de 86 ans

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here