Discrimination de Yelp et TripAdvisor : Google accuse un bug

Si TripAdvisor et Yelp apparaissent si mal dans les résultats de recherches de Google, ce n’est pas à cause d’un algorithme discriminatoire, mais d’un bug. C’est en tout cas ce qu’affirme la firme de Mountain View.

En matière de référencement, Google est pointé du doigt depuis longtemps, notamment par l’Union européenne, pour favoriser ses propres services au détriment de ceux de la concurrence. Bruxelles suit d’ailleurs ce dossier depuis 2010.

Parallèlement à cela, depuis de nombreuses années, Yelp et TripAdvisor accusent aussi Google de mettre ses services en avant, au détriment de la concurrence, notamment vis-à-vis des deux entreprises américaines spécialisées dans les avis et conseils touristiques. Ils viennent de repartir à la charge dans leurs accusations ces derniers jours.

C’est avec plusieurs captures d’écran de recherches à l’appui, réalisées sur leurs smartphones, qu’ils illustrent leurs accusations. « Même lorsqu’on ajoute les termes « yelp » ou « tripadvisor » à une requête, ce sont toujours les services de Google qui remontent en priorité ».

Info ou intox de la part de Stephen Kaufer (CEO de TripAdvisor) et de Jeremy Stoppelman (CEO de Yelp) ? Difficile à dire vu qu’il a été impossible de reproduire les mêmes résultats que sur les captures d’écran, et cela tant sur desktop que sur mobile, avec ou sans géolocalisation, que cela soit dans Firefox ou Chrome.

Le plus intéressant à cela, c’est que Google a répondu. La firme de Mountain View reconnait d’ailleurs implicitement cette discrimination en évoquant un bug, que le problème serait dû à « une anomalie » liée à du code récemment ajouté. Elle précise encore que des travaux sont « en cours » pour corriger le problème.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFusée réutilisable : Jeff Bezos devance tout le monde
Article suivantAu minimum 18 200 euros pour la nouvelle Renault Mégane

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here