Divine DS : le style et le luxe à la française

Au Mondial de l’Automobile de Paris, la Divine DS suscite de nombreux adjectifs, que cela élégante, luxueuse, stylée, etc., des adjectifs qui qualifient tout simplement le style et le luxe à la française. divine-ds-style-luxe-francaise-photo-2

Résolument compacte très haut de gamme, la Divine DS a de quoi frapper les esprits à de nombreux points de vue. Avec ses 4,21 m de long pour une largeur de 2 m et une hauteur de 1,35 m, les proportions de la Divine DS sont déjà surprenantes en elles-mêmes. À cela, il faut ajouter un style résolument expressif à l’instar de sa face avant vorace à souhait, mais des traits d’ensemble qui donnent un ton de dynamisme à l’ensemble, que cela soit les deux grosses nervures sur l’imposant capot, les énormes roues repoussées aux quatre coins ou le jonc chromé qui part des portes avant pour venir mourir sur les feux arrière.

Au niveau de l’habitacle, le traitement est futuriste et s’apparente plus à un tableau de bord. Le luxe y est omniprésent, comme les interrupteurs qui sont ornés de pierreries taillées, la montre digitale enjolivée d’une pierre noire pailletée, ou encore l’écran tactile haute-définition de 10 pouces et l’affichage tête haute en 3D.

Avec son concept d’Hypertypage, DS propose même une personnalisation très poussée qui offre la possibilité de changer d’habillage de la planche de bord et des intérieurs des portes en un rien de temps.

Il est à noter qu’avec « The Mâle », « Parisienne Chic » et « Fatale Funk », DS propose trois ambiances d’intérieur radicalement différentes.

Dernier point, la motorisation est assurée par un 1.6 THP de 270 ch et 330 Nm.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRenault : une Clio Initiale qui nous laisse sur notre faim
Article suivantSécurité des données : le faux débat qui cible Apple et Google

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Ça manque de finesse et d’homogénéité (bref de classe). On dirait un medley de plein de marques, Posche à l’arrière, Audi pour le haut, Lexus pour l’avant, à croire qu’on a pas de style propre à nous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here