Domotique : Samsung frappe un grand coup avec le rachat de SmartThings

En rachetant Nest Labs et en proposant son API HomeKit, Google et Apple se positionnent sur le marché de la domotique, un marché qui voit débouler en force Samsung suite à l’annonce du rachat de SmartThings.

Le marché de la domotique sera l’un des grands champs de bataille où vont s’affronter les géants de l’électronique grande publique. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre en considération que Google a racheté Nest Labs, qu’Apple va proposer son API HomeKit et maintenant que Samsung annonce son intention de racheter SmartThings.

En annonçant ce rachat, Samsung déboule en force sur le marché de la domotique vu que SmartThings est une société spécialisée dans les objets connectés grâce à une plateforme utilisant plusieurs standards radio. Parmi ses partenaires, on notera par exemple des marques références telles que Belkin, Philips ou Sonos.

En faisant intégrer l’équipe de SmartThings à son Open Innovation Center, l’intention de Samsung est certainement de développer d’autres synergies, aller au-delà de ses actuels réfrigérateurs ou ampoules connectées.

Avec Google et Apple en adversaires, Samsung semble mettre les bouchées doubles avec ce rachat, une acquisition qui complète son engagement au sein de l’Open Interconnect Consortium d’Intel, une participation qui vise à jouer un rôle majeur dans la standardisation des normes en matière de domotique.

Il est encore bon de préciser que le montant du rachat de SmartThings n’a pas été révélé, mais que les spécialistes évoquent une transaction de l’ordre de 200 millions de dollars.

Domotique : face à Google et Apple, Samsung rachète SmartThings
Domotique : face à Google et Apple, Samsung rachète SmartThings

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMoto 360 : vers une montre connectée « classique »
Article suivantVoitures autonomes : Sony veut profiter de ce marché en devenir

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here