Droit à l’oubli : 146 000 demandes dont 20% de la France

C’est dans le dernier rapport de confidentialité relatif au « Droit à l’oubli » que l’on apprend que Google a reçu 146 357 demandes, dont 29 140 de la France, soit 19,9%. Droit à l'oubli : Google a reçu plus de 146 000 demandes

Google vient de mettre à jour son rapport de confidentialité relatif au « Droit à l’oubli ». C’est de cette manière que l’on apprend que le moteur de recherche a reçu 146 357 demandes concernant 498 737 URL au 12 octobre. Le bilan est que 41,8% des URL ont été supprimées des résultats de recherche alors que 58,2% n’ont pas été supprimées.

Google précise que les sites les plus affectés sont Facebook (3 353 URL supprimées), profilengine.com (3 298 URL supprimées) ou encore YouTube (2 397 URL supprimées).

Au niveau des demandeurs, avec 29 140 requêtes (19,9%), c’est la France qui arrive en tête, devant l’Allemagne (25 206 demandes, 17,2%), le Royaume-Uni (18 486 demandes, 12,6%), l’Espagne (13 429 demandes, 9,1%) et l’Italie (11 469 demandes, 7,8%).

La France est plutôt bien lotie par rapport à la moyenne globale vu que 36 513 URL (51,5%) des 89 277 URL demandées ont été supprimées contre 34 374 URL (48,5%) qui ne l’ont pas été.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMX4 Pro : Meizu adopte aussi le lecteur d’empreintes
Article suivantArchos 59 Titanium : une phablette 5,9 pouces à environ 100€

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here