Droit à l’oubli : Google retire les premiers liens

Alors que des milliers de demandes de retrait de lien ont été demandées en vertu du droit à l’oubli, Google semble avoir apparemment commencé la suppression de certains liens.

C’est suite à une décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) que Google a mis en place une procédure pour permettre aux internautes de faire valoir le droit à l’oubli. Quatre jours après la mise en place d’un formulaire, ce sont plus de 41 000 demandes de retrait qui ont été reçues par la firme de Mountain View.

Alors que tout le monde s’interrogeait sur le moment qu’allait choisir Google pour retirer les premiers liens, il semble que cette démarche soit désormais commencée. En effet, les résultats de recherches présentent désormais des notes de la loi européenne sur la protection des données.

Si l’application du droit à l’oubli commence à produire son effet, il est tout de même bon de souligner qu’il est très partiel. En effet, seul le lien des résultats de recherche est supprimé, pas le contenu de la page elle-même, mais aussi que seuls les liens accessibles sur les pages de recherche européennes sont concernés, ce qui ne touche aucunement les recherches faites depuis le reste du monde.

De fait, en y réfléchissant bien, ce droit à l’oubli n’est que de la poudre aux yeux !

Il est encore à préciser que Google n’a fourni aucune information au sujet des demandes traitées.

Google : les premiers résultats de recherches liés au droit à l'oubli, retirés
Google : les premiers résultats de recherches liés au droit à l’oubli, retirés

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNASA : test d’un ballon en forme de soucoupe volante
Article suivantObjets connectés : La FNAC ouvre une boutique dédiée

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here