Droit à l'oubli : les demandes de suppression figureront dans les résultats

À l’instar de ce qui est déjà fait en matière de respect des droits d’auteurs, Google devrait prochainement faire apparaitre dans ses résultats de recherches qu’un contenu a été supprimé à la demande de l’utilisateur au motif du droit à l’oubli.

Depuis la décision prononcée la Cour de justice de l’Union européenne, Google ne cesse d’avancer sur la mise en place de cette décision. Après mis en place un formulaire de droit à l’oubli, le célèbre moteur de recherche pourrait mettre en place une mention spécifique dans les résultats.

À l’instar de ce qui est par exemple déjà affiché en matière de respect des droits d’auteurs, Google pourrait en faire de même avec les résultats de recherches d’un contenu qui aurait été supprimé à la demande de l’utilisateur au motif du droit à l’oubli. Cette initiative serait un moyen pour Google d’être parfaitement transparent avec les internautes.

Pour les liens déjà retirés par Google a déjà retiré des liens suite aux demandes d’autorités compétentes, la firme de Mountain View avertit ses utilisateurs qu’un contenu a été retiré de ses résultats par le message « En réponse à une demande légale adressée à Google, nous avons retiré XX résultat (s) de cette page. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette demande… ». Dans le cas des retraits liés au droit à l’oubli, le message affiché pourrait être du même genre.

Il est à préciser que Google aurait déjà reçu près de 41 000 demandes de retrait de lien en vertu du droit à l’oubli, mais aussi qu’un tiers de ces demandes ne seraient pas légitimes, donc ne seront jamais prises en compte.

Droit à l'oubli : Google mentionnera les demandes de suppression
GOOGLE DMCA

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLecteur VLC : bientôt une version compatible Chromecast
Article suivantTechnologie : un écran incassable pour smartphone

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here