Du ping-pong dans l’espace ? Oui, avec de l’eau comme balle !

Pour jouer au ping-pong, il faut deux raquettes et une balle. L’astronaute Scott Kelly fait une démonstration en utilisant deux raquettes et… de l’eau !

Pour maintenir la santé physique des astronautes qui vivent à bord de la Station spatiale internationale, le sport est indispensable. On pourrait prétendre que le ping-pong pourrait être une des activités sportives pratiquées par les astronautes. En raison du manque de gravité, les trajectoires de la balle risquent d’être un peu bizarres.

En fait, ce ne sont pas seulement les trajectoires qui s’avèrent bizarres, mais carrément la démonstration en vidéo que l’astronaute américain Scott Kelly vient de publier. Si on retrouve les habituelles deux raquettes indispensables pour jouer au ping-pong, on découvre aussi une balle qui est en fait une grosse goutte d’eau !

La séquence montre l’astronaute en train de s’amuser à faire du ping-pong avec des palettes hydrophobes et de l’eau, une vidéo qui nous révèle une fois de plus que la vie dans l’espace n’a rien à voir avec celle sur Terre. « Je voulais faire une petite démonstration de ces raquettes hydrophobes, qui repoussent l’eau. Elles sont imperméables, comme un K-Way, mais ici dans l’Espace, elles vous permettent de jouer au ping-pong avec une balle en eau. Et le résultat est assez cool », a expliqué Scott Kelly sur son compte Twitter.

Est-ce que la NASA va ajouter le ping-pong dans les activités sportives pratiquées à bord de l’ISS ? Peut-être. Il est en tout cas certain que jouer de la même manière, avec de l’eau, sans être dans l’espace risque d’être bien compliqué. Cette pratique sera donc réservée aux seules pensionnaires de la station.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSpotify propose désormais ses contenus vidéo, mais pas encore en France
Article suivantPrudence dans le surf, une faille compromet le mode InPrivate de Microsoft Edge

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here