E-Commerce : pas de modulation des prix selon les IP, mais…

Une enquête de la CNIL et de la DGCCRF révèle que l’IP tracking ne serait pas utilisé en France, ce qui n’empêche pas l’utilisation d’autres méthodes de modulation des prix.

Alors que l’IP tracking consiste à associer une adresse IP à une intention d’achat et de moduler le prix à la hausse en cas d’achat différé, une enquête de la CNIL et de la DGCCRF révèle que cette pratique ne serait pas utilisée en France.

Si la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) livrent leur verdict sans donner beaucoup de détails sur le nombre de sites d’e-commerce contrôlés, ni lesquels, le rapport commun énonce d’autres pratiques de modulation des prix.

C’est ainsi que des sites de e-commerce français utilisent le Yield Management, une technique typiquement utilisée dans l’aviation pour moduler le prix en fonction du nombre de places restantes. Une autre méthode employée consiste à adapter le prix selon la page précédemment consultée pour par exemple proposer un prix d’appel plus intéressant lorsqu’on vient d’un comparateur, même si des frais plus élevés compensent souvent la baisse. Pour finir, une modulation tarifaire est également utilisée, typiquement sur les transports, pour proposer des tarifs plus avantageux aux heures/jours creux.

Au final, si l’IP tacking n’est pas utilisé en France, ce qu’il faut surtout retenir de cette enquête de CNIL et de la DGCCRF, c’est que nous sommes toujours de simples consommateurs ciblés par des pratiques tendant de nous pousser à la consommation.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWikipédia : Alain Ducasse et Webedia lancent une « université du goût »
Article suivantGPM : un satellite pour observer en direct la pluie et la neige

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here