Éclipse solaire : elle sera presque complète depuis la Basse-Normandie

L’éclipse solaire du 20 mars prochain sera partielle vue de la France, mais presque complète vue de la Basse-Normandie.

C’est le 20 mars prochain qu’au lieu la neuvième éclipse solaire totale du XXIe siècle. Pour pouvoir profiter idéalement du spectacle, il faudra être situé près du Groenland, au beau milieu de l’océan Arctique.

Une éclipse se produit lors d’une nouvelle lune, lorsqu’elle se trouve du côté du soleil et que son disque recouvre complètement celui du soleil.
Heureusement qu’il n’est pas forcément nécessaire d’aller si loin pour pouvoir observer le phénomène, il sera parfaitement visible en France sous la forme d’une éclipse partielle.

En Basse-Normandie, l’éclipse sera presque totale. À partir du Calvados, l’éclipse aura lieu exactement à 9 heures 20 minutes et 41 secondes, au moment où la lune va rencontrer le soleil, ou plutôt l’éclipser.

Vu qu’il va tout de même s’agir d’observer le soleil l’Association nationale pour l’amélioration de la Vue (AsnaV) attire l’attention sur le fait qu’il est indispensable de prendre certaines précautions : « Sans protection peuvent alors survenir des lésions cornéennes ou des brûlures rétiniennes. Il faut donc se munir de protection spécialement conçue pour regarder le soleil directement. Elles sont fabriquées avec des filtres en polymère noir conformes aux normes CE n°89/686. Ils filtrent 100% des rayons ultraviolets et infrarouges ainsi que l’intensité lumineuse. Les lunettes sont disponibles dans les magasins d’optique et magasins spécialisés ».

Pour les autres régions de la France, le site http://www.vercalendario.info donne l’heure exacte de l’éclipse.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCe qu’il faut retenir des principales annonces d’Apple
Article suivantGoodyear : l’avenir pourrait être un pneu chargeur de batteries

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here