Écrans et sommeil des enfants ne font pas bon ménage

Que cela soit les smartphones, les tablettes ou les téléviseurs, une étude révèle qu’ils réduisent tous le temps de sommeil des enfants.

C’est dans le journal américain Pediatrics que Jennifer Falbe, de l’institut de Santé publique à l’Université de Californie, a publié les résultats de son étude sur l’impact des écrans sur l’enfant.

D’après cette étude, la présence d’une tablette ou d’un smartphone réduit en moyenne de 21 minutes le sommeil d’un enfant. Le sommeil de ceux qui ont une télévision dans leur chambre est par ailleurs diminué d’environ 18 minutes. La scientifique explique que : « Ces résultats doivent servir de mise en garde contre un accès illimité à des écrans dans les chambres d’enfants ».

L’étude précise que « Le sommeil est très important pour le bon développement du cerveau chez l’enfant. […] Le manque de sommeil et une mauvaise qualité de repos peuvent, entre autres, nuire aux performances scolaires, entraîner des problèmes de comportement, un risque accru de surpoids et avoir un impact négatif sur le système immunitaire ».

Alors qu’une autre étude a récemment mis en évidence que la lecture sur une liseuse ou une tablette numérique avant de se coucher perturbe le sommeil, cette nouvelle étude confirme les résultats en allant dans le même sens.

C’est ainsi que cette étude recommande de ne pas équiper les chambres d’enfant d’un téléviseur, mais aussi qu’il n’est pas bon de laisser un enfant accéder à une tablette ou à un smartphone avant le coucher.

Alors qu’il est encore temps de prendre de bonnes résolutions pour 2015, pourquoi ne pas mettre en tête de liste l’extinction de nos écrans plus tôt dans la soirée ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhilae échappe toujours aux recherches de Rosetta
Article suivantMicrosoft annonce un Nokia 215 à seulement 29 dollars
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here