Edition logicielle : ce poids lourd de l’économie française

Avec un chiffre d’affaires de 9,2 milliards d’euros en 2013, l’édition logicielle est devenue un poids lourd de l’économie française. Ne serait-ce pas ça la force de la France ?

Comme le souligne le baromètre Top-250 des éditeurs français, ce secteur est devenu un poids lourd de l’économie française en réalisant 9,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013, et cela sans prendre en compte les éditeurs internationaux présents en France.

Ces 9,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires correspondent aux chiffres d’affaires cumulés des 350 plus importants éditeurs de logiciels français, un résultat en hausse de 6% sur une année, ce 20% par rapport à 2011. Pour 2014, une augmentation de 7% est attendue, une preuve supplémentaire que ce secteur témoigne d’une bonne dynamique.

Si le bilan financier démontre que tout pourrait être idéal, il est important de relativiser ces résultats en précisant que tous les éditeurs ne sont pas logés à la même enseigne. En effet, avec 5,5 milliards d’euros, les éditeurs sectoriels (B2B) sont les mieux lotis, tout comme les éditeurs horizontaux avec 5,5 milliards d’euros. A eux deux, ils enregistrent une croissance supérieure ou égale à 20%. Dans le domaine du B2C et des jeux, secteur dans lequel Ubisoft et Gameloft contribuent à hauteur de 84%, la croissance sur deux ans est estimée à 4% à 1,5 milliard d’euros.

top250-3

Concrètement, les très grands éditeurs (>100 millions d’euros de CA) ont enregistré une croissance de 21% entre 2011 et 2013 alors que les plus petits éditeurs (<10 millions d’euros de CA) font encore mieux avec 34%) de croissance sur la même période. Malgré cela, la disparité entre grands et petits éditeurs est énorme vu que les principaux acteurs du marché, soit 7% des éditeurs, captent 76% du chiffre d’affaires du secteur.

La clé du dynamisme de ce secteur repose sur le développement à l’international. Si les petits éditeurs réalisent environ 20% de leur CA hors de la France, les plus grands réalisent 50% de leur CA à l’international, dont 30% en zone EMEA. Pour y parvenir, l’une des principales solutions est le SaaS.

Ce dynamisme a un impact direct sur l’emploi vu que ce secteur représente 107 437 emplois, dont plus de 10 000 ont été créés ces deux dernières années, malheureusement pas forcément en France. 75% des éditeurs prévoient d’ailleurs d’embaucher en 2014, une embauche qui concerne pour 68% à des profils de développeurs et à 27% pour des commerciaux.

top250-620

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentIEP d’Aix-en-Provence : polémique autour de diplômes Sciences Po Aix douteux
Article suivantBranding : deux marques valent plus que 100 milliards de dollars

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here