EICMA : premières images de la Yamaha YZF-R1 2015

À quelques heures de l’ouverture du Salon de la moto de Milan, Yamaha a dévoilé les premiers clichés de sa nouvelle YZF-R1 2015.

En dévoilant sa nouvelle YZF-R1 2015 quelques heures avant l’ouverture de l’EICMA, le Salon de la moto de Milan, Yamaha a tenu sa promesse de présenter une toute nouvelle R1.

Esthétiquement, cette YZF-R1 présente plus de courbes et une plus grande fluidité de lignes que sa devancière, aidée en cela par le positionnement plus bas de l’échappement, le tout avec une légère perte d’agressivité.

Grâce à son 4 cylindres 998 cm3 « crossplane » à refroidissement liquide, la puissance passe de 182 à 200 chevaux , le tout étant couplé à une boîte 6 vitesses à double embrayage, une fourche 43 mm paramétrable en tous points, des roues et l’amortisseur arrière KYB en magnésium, l’ABS, le launch control, le contrôle de traction/cabrage, des freins à doubles disques 320 mm à étrier 4 pistons à l’avant et un simple disque 220 mm à l’arrière.

En pesant exactement 199 kg, la Yamaha YZF-R1 2015 reste sous la barre symbolique des 200 kg.
Son prix avoisinera les 16 000 euros en Europe.

Pour les plus sportifs, la déclinaison pistarde R1M inspirée de la M1 de Rossi et Lorenzo risque de faire pâle figure avec ses 200 ch face aux 300 ch de la Kawasaki Ninja H2R. Avec ses suspensions Öhlins semi-actives à réglages électroniques, une Slide Control venue tout droit de la compétition, un carénage en fibre de carbone, un pneu arrière de 200 mm et de multiples aides électroniques, cette R1M a tout de même de quoi séduire même s’il faudra débourser environ 22 000 euros, et rapidement, vu que seuls 500 exemplaires seront produits.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédenteBay : un prototype d’iPad Mini 2 est aux enchères
Article suivantApple Watch : disponible pour la Saint-Valentin ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here