Electronic Arts : l’avenir prend la direction de la mobilité

L’éditeur de jeux Electronic Arts est très actif sur ses prochains jeux pour la PlayStation 4 et la Xbox One, ce qui n’empêche pas d’envisager un avenir qui passera par les smartphones et tablettes numériques.

C’est un secret de polichinelle, la mobilité deviendra notre informatique de demain. Si les ventes d’ordinateurs sont déjà en baisse face à la montée en puissance des smartphones et tablettes numériques, le monde des consoles de jeux vidéo souffre également du même mal avec l’augmentation du nombre de joueurs sur terminaux mobiles.

D’ailleurs, comme le confirme Frank Gibeau, le président d’Electronic Arts Labels, la prochaine génération de smartphones et tablettes numériques bénéficieront d’une qualité graphique quasiment équivalente à celle des consoles de jeux, ce qui va réduire l’écart entre les différentes plateformes.

Si le support d’approche reste le problème de l’expérience, l’expérience tactile d’un mobile n’étant pas la même que celle engendrée par une manette sur une console. C’est pour cela que Frank Gibeau explique que les équipes d’Electronic Arts considèrent cela comme un nouveau défi n’a pas un simple portage sur une nouvelle plateforme, mais la conception d’une nouvelle expérience incluant les commandes tactiles, mais aussi vocales, ainsi que la caméra.

Cette montée en puissance des terminaux mobiles laisse donc de plus en plus présager une révolution en profondeur des habitudes des utilisateurs. Il est donc certain que ce marché va devenir de plus en plus concurrentiel, tant du point de vue technologique et performance, que sur celui des tarifs. À quand la tablette « spécial gamer » ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAbsoberu-T : lorsque la réalité virtuelle s’invite sur vos T-Shirt
Article suivantSmartphone : le Galaxy S4 serait-il plus aimé que l’iPhone 5 ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here