ESA publie une vidéo retraçant l’atterrissage chaotique de Philae

Le 12 novembre 2014, l’atterrisseur Philae s’est posé sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Pour commémorer l’anniversaire de cet événement historique, l’ESA a publié une vidéo de son atterrissage mouvementé.

Que s’est-il passé le 12 novembre 2014 ? Tout le monde sait que le robot Philae s’est posé sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, ce qui a justement été salué comme une prouesse historique. Mais au-delà de cela, tout ne s’est pas passé comme prévu, avec un atterrissage nettement plus mouvementé que ce qui aurait normalement dû se passer.

Pour comprendre ce qui s’est exactement passé, l’Agence spatiale européenne (ESA) a analysé en détail toutes les données envoyées par le robot afin de comprendre le déroulement des événements le plus exactement possible. Et justement, pour commémorer l’anniversaire de l’atterrissage historique de Philae, l’agence a publié une vidéo d’animation retraçant son atterrissage chaotique.

Une animation qui retrace l’enchainement des phases de son atterrissage

Tout commence lorsque Rosetta largue Philae pour son atterrissage historique. Le robot a mis sept heures à descendre lentement, pour toucher la comète dans un endroit baptisé Agilkia. Ses jambes se sont enfoncées dans une surface qualifiée de « molle et granuleuse ». Lorsqu’une base solide a été touchée, l’atterrisseur a rebondi dans l’espace pour un saut de près de deux heures.

Le robot s’est finalement posé dans un endroit appelé Abydos, non sans avoir fait encore un autre rebond et avoir aussi touché un cratère ou autre chose.

« Les autres contacts d’un Philae tournoyant avec la surface, au second touché, étaient les plus critiques », a souligné Hans-Ulrich Auster. « Le lander a pris contact avec la surface et Philae est de nouveau parti vers la gauche de la comète, contrôlé par les deux jambes vers la gauche et une sur la droite, avant d’effectuer une rotation finale et un rouleau arrière sur l’axe y de l’atterrisseur ».

Grâce à son élan, l’atterrisseur a finalement pu se poser sur ses jambes, dans ce qui devrait être sa position finale.

Nous avons eu beaucoup de chance

« Avec le recul, un an plus tard, je m’étonne de la chance que nous avons eu en regardant ce film », commente Jens Biele.

L’auteur principal de la première publication scientifique concernant Tchouri ajoute : « Nous avons beaucoup appris sur les propriétés mécaniques superficielles lors des rebonds de Philae, et il a finalement atterri sur un terrain intéressant où on n’aurait jamais osé se poser en premier lieu ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Car roule si lentement qu’elle se fait arrêter par un policier !
Article suivantMichael Dell répond à Tim Cook : « L’ère post-PC a été formidable pour le PC »

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here