Escroquerie autour de la mise à jour vers Windows 10 : la police belge met en garde

Les utilisateurs de Windows 7 et 8 peuvent gratuitement passer à Windows 10, ce que tout le monde ne sait pas. Des escrocs tentent de faire payer la mise à jour. La police belge met en garde.

C’est le 29 juillet dernier que Microsoft a lancé Windows 10. Pendant une année, la mise à niveau vers le nouveau système d’exploitation est gratuite pour tous les utilisateurs de Windows 7 et Windows 8. A priori, certaines personnes ne le savent pas et des escrocs tentent de profiter de la situation.

C’est ainsi que la police belge lance un avertissement pour mettre en garde contre cette tentative d’escroquerie. « Des escrocs envoient des mails de rappel aux gens afin de leur faire payer leur upgrade vers Windows 10 via une carte Paysafe », explique la police sur son site internet. Cette pratique est apparue il y a quelques jours.

La police conseille à tout le monde de « ne pas tomber dans ce piège et de ne rien payer ». Elle souligne qu’il ne faut surtout pas céder aux escrocs et « Ignorer les rappels également ».

À l’intention des personnes qui auraient déjà payé pour cette mise à jour par le biais de ce genre de mails, la police leur conseille de porter plainte dans les plus brefs délais, mais aussi de contacter au plus vite la PaySafecard-Hotline pour essayer de faire bloquer la carte avant le paiement. La police belge profite de l’occasion pour rappeler qu’une règle élémentaire de sécurité consiste à ne pas cliquer sur des liens au hasard et de ne pas ouvrir les pièces jointes en provenance d’une source inconnue.

Des escorcs tentent de faire payer la mise à jour de Windows 10.
Des escorcs tentent de faire payer la mise à jour de Windows 10.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDe la réalité virtuelle signée Apple en 2016 ?
Article suivantLe père de Debian est mort : on ne sait rien au sujet du décès de Ian Murdock

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here