Espace : la sonde spatiale Rosetta sort aujourd'hui de son hibernation

Profondément endormie depuis 31 mois, la sonde spatiale Rosetta va sortir de son sommeil alors qu’elle est à 800 millions de kilomètres de la Terre.

Le mardi 2 mars 2004, une fusée Ariane-5 décollait du Centre spatial de Kourou en Guyane française à 7h17 GMT avec à son bord la sonde spatiale Rosetta. Le but de ce lancement était, après un très long voyage, de rejoindre la comète Churyumov-Gerasimenko en 2014 pour pouvoir l’étudier.

Après avoir fait trois fois le tour de la Terre, puis une fois celui de la planète Mars grâce à quoi elle a pu être propulsée par son champ gravitationnel, la sonde Rosetta est aujourd’hui aux confins de l’espace, à 800 millions de kilomètres de la Terre.

Après 31 mois d’hibernation, c’est ce lundi 20 janvier 2014 que Rosetta devrait se réveiller de son profond sommeil. À partir de 10h00 GMT, la sonde commencera par déployer des panneaux solaires, puis activer progressivement ses instruments pour commencer par déterminer sa position avant, enfin, de braquer son antenne vers la Terre et de commencer à communiquer. Cette phase de réveil, qui durera près de 6 heures n’est pourtant que la prémisse de ce qui attend la Rosetta.

En effet, son voyage va encore se poursuivre, car la rencontre avec la comète Churyumov-Gerasimenko n’est prévue que pour cet été, une rencontre qui devrait se dérouler à 135 000 kilomètres à l’heure. Si tout se passe bien, la sonde spatiale devrait pouvoir étudier cette comète de glace de 4 km de diamètre jusqu’à la fin 2015, mais aussi pouvoir y faire atterrir son module Philae.

Le but de ce voyage, maintenant entamé depuis près de 10 ans, est de percer l’évolution du système solaire depuis sa naissance grâce à l’exploration de cette comète qui a vécu des milliards d’années dans l’espace profond, quasiment pas dégradée par le Soleil.

La sonde européenne Rosetta sort de son hibernation
La sonde Rosetta sort de son sommeil pour percer les secrets des comètes

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentComment sera la voiture de demain ? Un rapport parlementaire donne des pistes
Article suivantSécurité : le podium des pires mots de passe reste inchangé pour 2013

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here