Une espèce de serpent de mer éteinte repérée après 15 ans de disparition

Grosse surprise pour les scientifiques. Le serpent de mer à nez court est une espèce considérée comme éteinte depuis 1990. Elle vient à nouveau d’être observée.

Le serpent de mer à nez court était en tête de liste des animaux courant un risque critique d’extinction dans les années 90. Vu qu’il n’a plus jamais été observé, ce serpent originaire de la mer de Timor a été considéré comme disparu. En fait, ce n’était pas le cas… il se cachait.

C’est par hasard, dans les eaux chaudes près du récif de Ningaloo, au large de la côte ouest de l’Australie, qu’une équipe de scientifique a repéré deux serpents marins qui nageaient. Équipé d’un appareil photo, un ranger du parc a pris une image pour leur identification. La surprise a donc été immense lorsqu’il s’est avéré qu’il s’agissait de deux serpents de mer à nez court, une espèce considérée comme éteinte depuis 2000.

C’est Blanche D’Anastasi, un chercheur pour l’ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies à l’université James Cook qui a écrit une publication au sujet de cette (re)découverte. Elle souligne que « le plus excitant », c’est que les deux serpents semblaient se courtiser mutuellement, ce qui lui suggère que cette espèce n’est en fait autant sur le déclin qu’estimé.

« Cette espèce était le troisième serpent le plus couramment observé dans les années 1990. Mais aucun individu n’a été signalé depuis 2000, ce qui indique une baisse d’au moins 90 pour cent de sa population au cours des 15 dernières années », a pour sa part déclaré l’Union internationale pour la Conservation de la Nature.

C’est que cela soit formellement prouvé, il est estimé que la pêche industrielle, les filets trainés par les chalutiers, pourraient être la cause de la disparition des serpents de mer. En réalité, la cause réelle de leur déclin reste un mystère à l’heure actuelle.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUn homme poursuit Bethesda à cause de son addiction à « Fallout 4 »
Article suivantTrop tard pour acheter une McLaren 675LT Spider, le modèle est épuisé !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here