Espionnage du net : liaison dangereuse entre la DGSE et Orange

Alors que les révélations d’Edward Snowden nous ont déjà beaucoup appris sur certaines pratiques américaines, elles révèlent également certaines liaisons dangereuses en France.

C’est Le Monde qui révèle le pot aux roses en citant une note interne des services secrets techniques britanniques (GCHQ), l’équivalent de l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine. Selon cette note, l’opérateur français Orange est un acteur majeur du renseignement français en étant lié à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

Selon les termes exacts de la note, il existe une coopération « étroite entre la DGSE et un opérateur de télécommunication français ». Le descriptif du savoir-faire et les références à la société ne laissent quasiment planer aucun doute qu’il s’agit de France Télécom, aujourd’hui devenu Orange.

Il est également précisé que l’opérateur et l’agence gouvernementale travaillaient étroitement pour « améliorer les capacités nationales d’interception sur les réseaux de communication », mais aussi « pour casser les cryptages de données qui circulent dans les réseaux ».

Alors qu’on pointe du doigt les agissements des États-Unis, la France ne semble pas avoir le droit de donner des leçons vu qu’elle agissait de la même manière ! Une chose est certaine pour le moment, l’État français se refuse à tous commentaires sur le sujet pour le moment.

Espionnage : comment Orange et les services secrets coopèrent
Espionnage : comment Orange et les services secrets coopèrent

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft : un employé devant la justice pour « fuites »
Article suivantRéseaux sociaux : comment éviter ses amis ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here