Espoir : la première sonde arabe sur Mars d’ici 2021

Les Émirats arabes unis ont annoncé mercredi son intention de persévérer dans son projet d’envoyer la première sonde arabe sur Mars d’ici 2021. Elle sera baptisée « Espoir ».

C’est mercredi que Cheikh Mohammad Ben Rached Al-Maktoum, le vice-président des Émirats arabes unis, a annoncé l’intention de persévérer dans son projet d’envoyer la première sonde arabe sur Mars d’ici 2021. La sonde baptisée, « Espoir », quittera la Terre en 2020 pour « une mission visant à compléter le travail scientifique d’autres missions et combler d’importants trous noirs de la connaissance humaine ».

Il a indiqué que la sonde représente « l’espoir, pour des millions de jeunes Arabes qui espèrent un avenir meilleur ».

Il est prévu que la sonde Espoir récolte des données d’un nouveau type « qui permettront aux scientifiques de construire le premier modèle réellement holistique de l’atmosphère de Mars ». « Ces modèles aideront l’ensemble de la communauté scientifique travaillant sur Mars à percer plus de mystères de la planète rouge, par exemple pourquoi son atmosphère s’est décomposée dans l’espace au point qu’elle soit désormais trop fine pour que de l’eau sous forme liquide existe à la surface ».

Le gouvernement des Émirats avait affirmé, en juillet dernier, que les investissements émiratis dans les technologies aérospatiales avaient atteint 20 milliards de dirhams (5,44 milliards de dollars). Les Émirats arabes unis devient ainsi le 9e pays à avoir un programme sur Mars.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe Galaxy Note 4 a droit à une mise à jour vers Android 5.1 chez Free Mobile
Article suivantBruxelles : le Musée des sciences naturelles inaugure sa « Galerie de l’Homme »
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here