Est-ce que les Wii, Xbox et PlayStation auraient existé sans Ralph Baer ?

Ralph Baer est un ingénieur visionnaire qui vient de décéder à l’âge de 92 ans. Si personne ne le connait vraiment, on peut tout de même se poser la question de savoir si les consoles de jeu Xbox et PlayStation auraient existé sans lui.

Ralph Baer est né en 1922 à Pirmasens, en Allemagne. Sa famille juive fuit le régime nazi en direction des États-Unis. Elle s’installe à New York.

Ayant arrêté sa scolarité à l’âge de 14 ans, Ralph Baer commence sa vie professionnelle dans une usine fabriquant des accessoires en cuir. C’est dans le métro qu’il découvre un jour une publicité pour un cours par correspondance promettant une carrière lucrative dans l’électronique pour la radio.

C’est ainsi qu’il se retrouve diplômé de l’Institut National de la Radio de Washington en 1940. Il est engagé par l’armée en Europe durant trois ans. À son retour de la Seconde Guerre mondiale, il poursuit ses études et est diplômé de l’American Television Institute of Technology de Chicago en 1949.

C’est en tant que jeune ingénieur que Ralph Baer est embauché par Sanders Associates. Il va débuter sa carrière en développant du matériel chirurgical, des haut-parleurs, des cartes de circuits imprimés et d’autres technologies pour des clients industriels et militaires.

C’est en 1951 déjà qu’il a l’idée, alors que la télévision n’en est encore qu’à ses prémices, de proposer des jeux pour les téléviseurs. Il lui aura fallu 15 ans pour mettre au point un prototype qui allait faire de lui le père des jeux vidéo et des consoles de jeu. C’est la conception qu’il a imaginé qui jeter les bases d’une industrie qui a généré des dizaines de milliards de dollars l’année dernière ?

Comme il l’explique dans son livre « Videogames: In the Beginning », il explique que son idée était de proposer aux 40 millions d’Américains de l’époque une alternative moins encombrante et moins couteuse aux ordinateurs pour jouer.

C’est avec les ingénieurs William Harrison et William Rusch que Ralph Baer met finalement au point la Brown Box, une console de jeu qui permettait de joueur a des jeux de tennis, de football et de roulette. Son prototype ne séduit pas les grands fabricants de télévision tels que General Electric et Motorola. C’est finalement Magnavox qui va produire sous licence la console Odyssey en 1971, une console qui est sans conteste l’ancêtre des PlayStation, Wii et autres Xbox.

Commercialisée à 100 dollars, cette console a été vendue à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires jusqu’à la fin de la décennie. Après, d’autres consoles ont pris le relais, telle celle d’Atari.

Après le lancement d’Odyssée, Ralph Baier a continué à travailler dans le monde du jeu. On lui doit aussi le pistolet pour tirer sur les écrans, un accessoire désormais connu des consoles de jeu, mais aussi le jeu Simon, un des jouets américains les plus populaires dans les années 80. Il s’agissait de reproduire une série de lumières et de sons en utilisant quatre coussins colorés.

C’est finalement après une vie bien remplie que le père des jeux vidéo et des consoles de jeu s’est éteint, samedi dernier, à l’âge de 92 ans. Maintenant que vous connaissez son œuvre, est-ce que vous croyez que les consoles Wii, Xbox et PlayStation existeraient sans cet homme visionnaire ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : 2014 aura été marqué par la Coupe du Monde et François Hollande
Article suivantBreathe Project : la ville de Pittsburgh se mobilise pour montrer l’air pollué

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here