Est-ce que l’Inde va bouder l’iPhone 6S à cause de son prix surfait ?

L’iPhone 6S est cher, ce qui n’a pas empêché le dernier smartphone d’Apple d’enregistrer un joli succès commercial. Mais en Inde, où il sera vendu bien plus cher qu’ailleurs, va-t-il rencontrer le même succès ?

À l’instar des clients de nombreux autres pays, les acheteurs de New Delhi, Bangalore et de l’Inde en général pourront bientôt faire l’acquisition du nouveau iPhone 6S. La bonne nouvelle est que le dernier smartphone d’Apple sera commercialisé dans le pays relativement peu de temps après sa sortie aux États-Unis.

La mauvaise nouvelle est qu’il sera cher, très cher.

Il est certes connu que les iPhone ne sont pas des smartphones bon marché. Mais en Inde, l’addition va s’avérer particulièrement salée. Pour cause, aux États-Unis, le prix de l’iPhone 6S démarre à 649 dollars, soit 42 235 roupies. Plus proche, le même appareil est vendu 1 048 dollars de Singapour, soit 48 295 roupies.

Par contre, en Inde, il faudra payer 62 000 roupies pour l’iPhone 6S en version 16 Go, 72 000 et 82 000 roupies pour respectivement les modèles 64 et 128 Go. L’addition se corse encore pour l’iPhone 6S Plus qui sera vendu 72 000, 82 000 et 92 000 roupies dans les versions 16, 64 et 128 Go.

Par rapport aux autres pays, cette différence de prix peut sembler décourageante et donc signifier que les acheteurs ne vont pas forcément se ruer sur le dernier smartphone d’Apple.

Pour les clients qui seraient tout de même intéressés par un iPhone 6S, il est bon de souligner que les experts d’iFixit, en disséquant l’iPhone 6S, ont découvert un adhésif mystère autour de l’écran, ce qui semble être une protection supplémentaire pour accueillir un nouveau joint. Sans qu’il soit étanche, le nouveau smartphone se veut résistant à l’eau, ce qui est un avantage certain en Inde en période de mousson.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAmour, colère, tristesse …, les nouveaux boutons de Facebook arrivent !
Article suivantDes OVNI sur les images des missions Apollo ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here