Éthiopie : Lucy n’est plus la seule australopithèque

Un nouvel australopithèque, différent de Lucy, a été découvert en Éthiopie.

Lucy n’est désormais plus toute seule australopithèque. Sur la base de fragments découvert en Éthiopie en 2011, une équipe de paléontologues, dirigée par Yohannes Haile-Selassie, a identifié un nouvel australopithèque daté d’il y a 3,4 millions d’années.

Selon un article publié dans la revue Nature, les vestiges de cette nouvelle espèce baptisée Australopithecus deyiremeda datent de la même époque que Lucy, mais n’appartiennent pas à la même espèce. En effet, notre célèbre « grand-mère » appartient aux Australopithecus afarensis.

Vu que les fossiles ont été découverts à seulement 35 kilomètres de l’endroit où vivait Lucy, la doyenne de l’humanité, cela signifie que ces deux espèces d’australopithèque étaient voisines à l’époque où elles vivaient.

Selon l’équipe de chercheurs rattachée au Muséum d’histoire naturelle de Cleveland, « il y a désormais une preuve indiscutable que plusieurs espèces d’hominidés ont vécu au même moment en Afrique de l’Est ».

Il est à préciser qu’Australopithecus deyiremeda signifie « proche parent » en langue afar, une manière de souligner le lien de parenté avec Lucy.

Vieux de 3,4 millions d'années, un australopithèque a été découvert en Éthiopie. Il vivait donc à la même époque que Lucy, considérée comme notre ancêtre direct.
Vieux de 3,4 millions d’années, un australopithèque a été découvert en Éthiopie. Il vivait donc à la même époque que Lucy, considérée comme notre ancêtre direct.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone : désactiver les notifications pour éviter le message « planteur »
Article suivant« The A-Z of YouTube » : une vidéo pour retracer les 10 ans de YouTube

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here