Être journaliste au futur palais de justice de Paris sera problématique

Sans boxes pour la presse, mais sans couverture GSM et 3G, être journaliste dans le futur palais de justice de Paris sera problématique.

C’est le 30 juin 2017 que le futur palais de justice de Paris des Batignolles sera livré flambant neuf. Il devra succéder à l’historique palais de justice installé sur l’île de la Cité. Alors que ce déménagement a été décidé en 2009, ce grand projet coûteux a déjà fait couler beaucoup d’encre au sujet de son financement, 2,5 milliards d’euros, et son retard.

Avec les dernières révélations au sujet de ce projet, la polémique n’est pas prête de se calmer.

L’Association de la presse judiciaire (APJ) s’est fait informer par une note de trois pages qu’un brouillage des réseaux téléphoniques et internet est prévu dans les salles d’audience. Pour les journalistes qui seront présents pour couvrir les événements judiciaires, ce brouillage s’annonce problématique vu qu’il va les empêcher de faire du live-blogging, une pratique désormais devenue courante, ni même envoyer un SMS à leur rédaction, ou partager une connexion internet sur leur téléphone pour envoyer un article par e-mail.

Alors que la prise d’images et l’enregistrement sonore sont de toute façon interdits lors d’un procès et passibles de 4 500 euros d’amende, voire de la confiscation du matériel en vertu de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, le document annonce une « interdiction de communiquer et de filmer » à l’intérieur. À l’heure actuelle, aucun texte n’interdit la couverture « en direct » d’un procès, que la communication vers l’extérieur se fasse par SMS ou par Twitter.

De plus, alors que c’est partout le cas en France, le futur palais de justice de Paris ne disposera pas de boxes pour la presse dans les salles d’audience, ce qui est un autre problème pour les journalistes qui assistent aux procès.

En terme simple, il sera vraiment problématique de pratiquer son métier de journaliste au futur palais de justice de Paris.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentC.H.I.P : un nano ordinateur à seulement 9 dollars !
Article suivantGalaxy S6 : une mise à jour qui lui donne encore plus de performances

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here