Face aux accusations de tromperie, Snapchat accepte une étroite surveillance

Mis en cause pour « communication mensongère », Snapchat préfère accepter une surveillance étroite de la Federal Trade Commission (FTC) plutôt que de risquer le procès.

En accusant Snapchat de faire de la « communication mensongère », la Federal Trade Commission (FTC) pointe du doigt le fait que le service communique sur le fait que les photos échangées sont éphémères alors qu’une simple capture d’écran permet de les sauvegarder indéfiniment.

Hormis cette tromperie, la FTC pointe également la sécurité de Snapchat, comme la fuite de millions de données utilisateur en début d’année ou le fait que l’application stocker en clair les messages vidéo, en dehors du contexte de l’application, ce qui laisse un libre accès à ces contenus via un ordinateur.

Comme si cela ne suffisait pas, la Commission reproche également à Snapchat son utilisation de la géolocalisation ainsi que l’accès fait au répertoire sous iOS.

Avec autant de points noirs, les chances de passer entre les gouttes lors d’un procès étaient trop minces pour que Snapchat s’y aventure. C’est pour cette raison que le réseau d’échange éphémère préfère conclure un accord avec la FTC. Selon cette entente, le service s’engage à respecter une étroite surveillance pour répondre aux inquiétudes soulevées par la Commission, une surveillance stricte qui sera réalisée par un tiers, pour une durée… indéterminée !

Accusé de tromperie, Snapchat accepte la surveillance de la FTC
Accusé de tromperie, Snapchat accepte la surveillance de la FTC

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : petit coup de balai dans les applications
Article suivantColonisation de Mars : cela serait du suicide faute d’une technologie fiable

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here