Facebook : 83 millions de comptes douteux

Dans un document boursier trimestriel, Facebook revendique 955 millions d’utilisateurs actifs par mois, un chiffre en progression de 29% sur un an, mais surtout 8,6% de comptes douteux, qu’il s’agisse de comptes dupliqués, de pages ouvertes au nom d’animaux de compagnie, ou d’émetteurs de pourriels.

Le réseau social explique qu’il y a des « difficultés inhérentes » à mesurer le nombre d’utilisateurs fantômes de son site, « en dépit de nos efforts pour repérer et arrêter ce genre de comportement ». Facebook estime que 4,8% des utilisateurs actifs repérés pourraient être des comptes dupliqués par une même personne. Quelque 2,4% seraient des comptes ouverts pour une société ou « une entité non humaine comme un animal domestique », et 1,5% probablement des « comptes indésirables » susceptibles de fonctionner avec des intentions malveillantes.

« Nous estimons que le pourcentage de comptes faux ou dupliqués est nettement plus bas dans les marchés développés comme les États-Unis ou l’Australie et plus élevés dans des marchés en développement comme l’Indonésie ou la Turquie », a encore précisé Facebook.

Ces chiffres sont cruciaux pour les annonceurs, car le calcul du nombre d’utilisateurs est un élément critère servant à mesurer la popularité d’un site internet et son attractivité.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone 5 : Samsung va lui faire de l’ombre avec son Galaxy Note
Article suivantConsommation : les smartphones servent (aussi) à téléphoner !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here