Facebook : des filtres de contenu ou de la censure ?

En mettant en place des filtres pour les contenus inappropriés, on peut se poser la question si Facebook n’impose pas une certaine censure.

Cela fait maintenant depuis le mois de novembre dernier que Facebook a commencé à mettre en place des filtres et des messages d’avertissement. Cette mesure est intervenue suite à l’instauration du système permettant aux vidéos de se lancer automatiquement dans les fils d’actualités des abonnés.

Selon un porte-parole du réseau social, les filtres et les messages mis en place visent les contenus inappropriés ou inconvenants que les abonnés téléchargent et partagent avec leurs amis. Ces barrières seraient instaurées dans le but de protéger ses utilisateurs les plus jeunes, par exemple, les moins de 18 ans de voir des vidéos choquantes ou offensantes.

« Quand les gens partagent quelque chose sur Facebook, on attend d’eux qu’ils partagent de manière responsable, notamment en ciblant qui va pouvoir voir leurs contenus », explique un porte-parole de Facebook en rappelant que le réseau social accepte les inscriptions des adolescents à partir de 13 ans. « Dans les cas où des utilisateurs signaleront des contenus non appropriés, nous pourrons être amenés à mettre un message d’avertissement destiné aux adultes et nous pourrons empêcher les jeunes utilisateurs de voir ces contenus », précise-t-il.

Sans discréditer l’intention de Facebook, est-ce que ce filtrage ne serait en fait par une certaine forme de censure alors que l’on parle de la liberté du NET et du droit à l’information ? Il est peut-être encore un peu trop tôt pour le dire vu que les contenus litigieux ne sont pas réellement supprimé, mais simplement bloqué et qu’il suffit de cliquer sur l’avertissement pour les vidéos concernées !

Considérez-vous que ce filtrage est une forme de censure ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGuerre des brevets : Ericsson riposte contre Apple
Article suivantDe l’exercice pour vaincre le syndrome de fatigue chronique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here