Facebook : enfin un bouton « J’aime pas » ?

Jusqu’à présent, Facebook a toujours refusé de proposer un bouton « J’aime pas ». Pourtant, mardi, Mark Zuckerberg a déclaré que ses équipes travaillent à une alternative au bouton « J’aime ».

Cela fait maintenant des années que le débat existe au sujet du pendant au bouton « J’aime », que de nombreux utilisateurs réclament le droit d’exprimer autre chose qu’un sentiment positif.

Alors que Facebook s’est jusqu’à présent toujours montré inflexible sur la question, une brèche semble poindre à l’horizon. Mardi, pour la première fois, Mark Zuckerberg, a évoqué que ses équipes travaillent à la création d’une alternative au bouton « J’aime ».

C’est à l’occasion d’une session de questions-réponses ouverte au public, organisée au siège de Facebook à Menlo Park, que le patron du réseau social a répondu à une question demandant « pourquoi il n’y avait pas de boutons comme « Je suis désolé », « Intéressant » ou « J’aime pas » en plus du bouton « j’aime » ».

« Les gens réclament le bouton « j’aime pas » depuis de nombreuses années », a reconnu le patron de Facebook. « Aujourd’hui est un jour spécial, parce que c’est le jour où je peux dire que nous travaillons là-dessus et que nous sommes tout près de démarrer un test ».

« Nous ne voulions pas seulement construire un bouton « j’aime pas » parce que nous ne voulons pas transformer Facebook en un forum où les gens votent pour ou contre les publications des gens », a précisé Mark Zuckerberg.

Il a fait valoir que les utilisateurs voulaient en fait surtout pouvoir « exprimer de l’empathie », notamment ne pas avoir dire « J’aime » pour des événements tristes.

« Il est important de donner aux gens davantage d’options que juste « J’aime » pour rapidement marquer des émotions et partager leurs sentiments sur une publication », a-t-il ajouté en précisant que c’est « étonnamment compliqué à mettre en œuvre ».

« Mais nous avons une idée qui à notre avis sera prête pour des tests bientôt et selon comment cela se passe, nous la déploierons plus largement », a conclu le patron de Facebook.

Qu’est-ce que sera ce bouton ? Les paris sont ouverts !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : les 10 objets insolites du bureau de Mark Zuckerberg
Article suivantL’Hadopi veut plus rapidement saisir la justice

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here