Facebook : la polémique du bug traqueur serait dûe à un bug

Alors que la Commission de la protection de la vie privée belge pointait du doigt un problème de cookie chez Facebook, le réseau social rétorque que ce serait en fait un bug.

Un rapport de la Commission de la protection de la vie privée belge a récemment lancé la polémique est mettant le doigt sur un épineux problème lié à Facebook. Selon le document, le réseau social utilise un cookie pour suivre tous les internautes, même ceux qui ne sont pas inscrits sur le site.

En réponse à cette accusation, Facebook vient de publier un communiqué sur Newsroom. Par ce biais, le réseau social clame haut et fort son innocence en affirmant que ce n’était pas intentionnel, que juste un bug de cookie. Le site affirme qu’il n’a jamais voulu suivre les utilisateurs qui ne sont pas inscrits.

Selon le réseau social, le bug serait en passe d’être corrigé et les internautes non enregistrés sur le site ne seront donc plus pistés à l’aide d’un cookie.

Richard Allan, vice-président Europe de Facebook, revient aussi sur la politique publicitaire du site en rappelant que le réseau joue la carte de la pleine transparence. En réponse aux attaques, il affirme que les engagements de la politique d’utilisation n’ont pas changé en 2015 comme prétendu.

Il réfute également l’accusation au sujet du choix des internautes lorsqu’ils visitent des sites en n’étant plus connectés à leur compte Facebook : « Si une personne se déconnecte, nous n’utilisons plus d’information concernant les sites et les applications visités afin de lui proposer des annonces ciblées ».

Est-ce que ces explications vont suffire à désamorcer la polémique ? Il n’est pas certain qu’elles suffisent à la Commission de la protection de la vie privée ou la CNIL.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa Lune a été formée suite à une collision avec la Terre
Article suivantArtefacto : la réalité augmentée au quotidien

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here