Facebook : les gouvernements sont de plus en plus intéressés par vos données privées

En publiant sa troisième édition de son rapport Transparency, Facebook révèle que les gouvernements sont de plus en plus intéressés par les données privées des utilisateurs.

Facebook vient de publier la troisième édition de son rapport Transparency. Dans ce rapport, le réseau social annonce que les gouvernements sont de plus en plus intéressés par les données privées des utilisateurs. « Depuis notre premier rapport, nous avons constaté une augmentation des demandes du gouvernement pour les données et pour les restrictions de contenus », précisant que le nombre de demandes avait augmenté de 24% au cours des six derniers mois par rapport à la même période de 2013.

Facebook précise également que, sur la même période, « la quantité de contenu limité en raison des lois locales a augmenté d’environ 19% ».
Ces augmentations concernent pratiquement tous les pays. Avec 23 667 demandes, les États-Unis représentent près de 80% des demandes, alors que quelque 2 600 demandes sont provenues du Royaume-Uni.

Le réseau social précise que toutes les demandes ne sont pas systématiquement acceptées, que l’entreprise est actuellement devant les tribunaux au sujet 400 utilisateurs de Facebook.

Dans son rapport, Facebook souligne que « Ces demandes sont sans précédent, leur nombre est le plus important jamais reçu. Nous avons fait valoir que leurs mandats sont trop larges et violent les droits à la vie privée des utilisateurs de Facebook, mais aussi qu’ils ignorent les garanties constitutionnelles contre les perquisitions et saisies ».

Le réseau social précise encore espérer qu’un tribunal d’appel de New York donne un verdict favorable pour que des chiffres plus précis puissent être communiqués.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentConnectique : la fin de la prise Péritel ?
Article suivantDroit à l’oubli : critique contre la « guerre de propagande » de Google

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here