Tout comme Facebook Messenger, WhatsApp sera aussi chiffré de bout en bout

Avec son chiffrement de bout en bout des conversations, WhatsApp possédait une longueur d’avance sur Facebook Messenger en proposant plus de sécurité à ses utilisateurs. Cette lacune devrait être prochainement comblée pour l’application de messagerie préférée des Français.

C’est The Guardian qui rapporte aujourd’hui que Facebook serait en train de préparer le chiffrement de bout en bout pour son application de messagerie instantanée. Introduit en mars dernier pour WhatsApp, le chiffrage de bout en bout élimine la possibilité que quelqu’un écoute la conversation ou lance une attaque de type man-in-the-middle. Seuls l’expéditeur et le destinataire d’un message peuvent accéder au contenu de la conversation.

Pour l’heure, Facebook n’a pas voulu commenter cette arrivée du chiffrement sur Messenger. De fait, on ne sait pas quand cette fonctionnalité sécuritaire sera exactement proposée aux utilisateurs.

Détails importants, tout comme pour Allo de Google, le chiffrement sera une option de Facebook Messenger qui sera désactivée par défaut. Cela sera l’utilisateur qui devra volontairement l’activer dans les options de l’application. Pourquoi est-ce que cette fonctionnalité est désactivée par défaut, simplement parce que son activation bloque certaines autres fonctionnalités de l’application ?

En clair, opter pour la sécurité de ses conversations implique de faire des compromis, c’est-à-dire de perdre certaines autres fonctionnalités de l’application. Il est vraiment dommage que l’utilisateur doive choisir entre sécurité ou fonctionnalités. Logiquement, une appli devrait justement proposer sécurité « et » fonctionnalités.

Peut-être que par la suite, les fonctionnalités bloquées par le mode incognito seront compatibles. Mais cela reste de la musique d’avenir. Pour ce qui est de la disponibilité du chiffrement de bout en bout sur Facebook Messenger, aucune date n’a pour le moment été mentionnée.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent35 % de la Grande barrière australienne sont morts ou en train de mourir
Article suivantMeilleur moteur de l’année 2016 : le V8 qui équipe la Ferrari 488 GTB
Après mes études de journalisme, me retrouver à écrire sur des faits divers sans importance m'a déprimé. Lorsqu'un ami m'a emmené me changer les idées au salon Connect It de Paris, cela m'a fait tilt ! Découvrir les technologies d'aujourd'hui que tout le monde pourra utiliser demain… m'a donné une nouvelle inspiration. Par les amis de mes amis qui son mon avis, on m'a filament proposé d'écrire des articles sur le high-tech. Dire ce qui m'intéresse le plus ? Difficile à dire. Cela va si vite, les possibilités sont si énormes. Une chose est en tout cas sûre : cela me passionne !

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here