Facebook : pas de bouton « Je n’aime pas » pour éviter la négativité

Depuis l’apparition du bouton « J’aime », de nombreux utilisateurs réclament son pendant négatif : « Je n’aime pas ». Le créateur du bouton s’explique sur ce choix.

Même si Bret Taylor, le créateur du bouton « J’aime », ne travaille plus pour Facebook, cela ne l’empêche pas de revenir sur ce bouton et l’absence de son pendant négatif, et cela malgré les nombreuses demandes des utilisateurs allant dans ce sens.

Pour commencer, Bret Taylor rappelle que le bouton « J’aime » a été créé pour les personnes qui souhaitaient souligner quelque chose, sans forcément avoir grand-chose à dire. Au lieu de simplement dire « cool », « wouah » ou autres, ils peuvent simplement cliquer sur le bouton.

Le corolaire de créer un bouton « Je n’aime pas » n’existe pas, car en cas de sentiment négatif, la personne veut en dire plus que ce que représente le bouton en lui-même.

Il souligne encore que l’aspect sous-jacent d’un bouton « Je n’aime pas » introduirait de la négativité, une notion qui pourrait malheureusement servir à dénigrer certaines personnes, voir à les harceler en ligne. Par ailleurs, alors que les boutons « J’aime » ont une utilité pour les annonceurs, ce n’est pas du tout le cas des boutons « Je n’aime pas ».

En prenant connaissance du point de vue de Bret Taylor, on comprend mieux l’idée de Facebook. Pourtant, malgré cela, de nombreux utilisateurs extrapolent déjà le nombre de « J’aime » pour déterminer s’ils sont aimés ou rejetés de la société (de leur point de vue), ce qui est l’effet pervers d’un réseau social. De fait, ne pas mettre de bouton « Je n’aime pas » permet certainement de limiter les dégâts.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité